Chez les Sang et Or, si tout baigne ou presque sur le plan sportif, rien ne va plus en interne. L’hebdomadaire sportif La Voix Des Sports s’est penché aujourd’hui sur la crise qui secoue une nouvelle fois le club.

 

Confronté une réduction nécessaire de son train de vie et, depuis la semaine dernière, dans un plan de sauvegarde de l’emploi, le Racing vit des heures difficiles en interne où certains salariés historiques craignent pour leur avenir.

[… La situation financière du Racing Club de Lens depuis, peu ou prou, une dizaine d’années est en constant déséquilibre. Quelques chiffres suffisent à déterminer la fragilité d’une entreprise structurée comme un (gros) club de Ligue 1 et qui végète à l’étage inférieur : entre 10 et 15 millions de pertes l’an dernier, 63 millions d’euros en cumulé sur les quatre derniéres années.
Le club compte également 180 salariés en tout, 120 postes à temps plein, un chiffre énorme qui dépasse nombre de clubs de l’élite. En comparaison, même si ce sont deux mondes totalement différents, Nimes qui vient de monter en Ligue I compte… 5 salariés. Plus proche de Lens, Amiens en emploie une cinquantaine…]

[… Les salariés que nous avons joints alternent entre inquiétude, colore et fatalité. Plusieurs ont déjà été prévenus de la suppression de leur poste actuel et, le cas échéant, de l’impossibilité de les conserver dans l’entreprise. Pour certains, le licenciement économique est déjà acté, avec une échéance plus ou moins longue de départ de trois à six mois. Un chantier important est aussi mené actuellement au sein du domaine sportif, où plusieurs postes d’éducateurs vont également être supprimés…]

Lire la suite de l’article sur La Voix des Sports